Apprendre le francais a travers la culture francaise !
 
prev next

Jean-Jacques Rousseau et le siècle des lumières

May 28th, 2012 general

Jean-Jaques Rousseau est un des penseurs qui à le plus influencé la culture française, des générations de lycéens français l’ont découvert et étudié dans cette école de la république qu’il a, par la densité de son œuvre, participé à construire. Les Lagarde et Michart sont d’ailleurs une vraie porte d’entrée pour tout ceux qui voudraient comprendre et situer la pensée de ce philosophe.

Aussi c’est avec un plaisir non dissimulé que je vous livre aujourd’hui cet article rédigé par nos partenaires des Éditions bien dire. Certes , rousseau ne fait pas partie des premiers auteurs que les étudiants d’azurlingua découvrent lorsqu’ils viennent apprendre le français sur la côte d’azur. Il faut un peu de temps et de vocabulaire pour apprivoiser sa pensée.

«Renoncer à sa liberté, c’est renoncer à sa qualité d’homme.» DU CONTRAT SOCIAL, 1762

C’était il y a trois cents ans : Jean- Jacques Rousseau naissait dans la ville protestante de Genève. Il n’a que seize ans lorsque, lassé de son apprentissage de graveur, il décide de partir à Chambéry, en Savoie. Il séjourne alors chez la pieuse Madame de Warens, qui devient vite sa muse. En 1742, Rousseau prend le chemin de Paris où il vit de l’enseignement de la musique.

Il y fait les premières rencontres qui le mènent enfin en plein cœur d’un monde littéraire parisien en pleine ébullition. Il participe aux grands écrits du siècle des Lumières, publie ses œuvres les plus célèbres, voit certaines d’entre elles être censurées, se lie à une modeste lingère avec qui il a cinq enfants, et n’ayant pas les moyens  de les élever, les fait tous placer à l’hospice des Enfants-Assistés, pratique courante à l’époque. Très certainement contesté tout au long de sa vie, il s’éteint le 2 juillet 1778 à Ermenonville dans des circonstances longtemps discutées par les historiens : certains attribuent sa mort à une banale crise cardiaque, d’autres y voient le complot de sa femme et de son amant vénal.

Quoi qu’il en soit, l’un des grands penseurs du XVIIIe siècle disparaît; ses cendres sont transférées au Panthéon, haut lieu mortuaire parisien, le 11 octobre 1794. Il est alors un des symboles les plus repris par les révolutionnaires.

 

«Tout afflue à Paris.» ÉMILE OU DE L’ÉDUCATION, 1762

C’est bien à Paris, à trente ans, que Jean-Jacques Rousseau rencontre ceux qui seront son plus grand soutien et ses pires critiques.

C’est là qu’il se lie d’amitié avec Diderot et contribue à la fameuse ENCYCLOPÉDIE, autrement appelée DICTIONNAIRE RAISONNÉ DES ARTS ET MÉTIERS. C’est l’ouvrage phare du siècle des Lumières, auquel contribuent les plus grands philosophes. Si dans un premier temps Rousseau ne publie que des écrits sur la musique, il s’essaie assez vite à retranscrire son raisonnement philosophique sur papier. Il trouve son premier succès littéraire en 1750 avec le DISCOURS SUR LES SCIENCES ET LES ARTS, dans lequel il développe la pensée centrale de sa philosophie : l’Homme naît naturellement bon, c’est la société qui le corrompt.

Sa façon de voir le monde est alors largement discutée dans les cercles intellectuels de la capitale. Rousseau enchaîne les succès en publiant successivement de grandes oeuvres qui demeurent aujourd’hui un objet d’étude incontournable. Entre 1755 et 1762, Rousseau ne publie pas moins de cinq ouvrages philosophiques aujourd’hui mondialement connus : des traités tels le DISCOURS SUR L’ORIGINE ET LES FONDEMENTS DE L’INÉGALITÉ PARMI LES HOMMES, DU CONTRAT SOCIAL, ÉMILE OU DE L’ÉDUCATION et le roman épistolaire LA NOUVELLE HÉLOÏSE.

Ces deux derniers sont largement critiqués : Voltaire, par exemple, attaque ouvertement Rousseau, et le Parlement de Paris condamne sa pensée sur la religion. Certains de ses ouvrages sont même brûlés sur la place publique ! En effet, Rousseau remet en question les dogmes religieux et prône une spiritualité plus naturelle, alors même qu’une grande partie de la société française n’est pas prête à changer certains de ses fondements, issus du Moyen Âge.

Ses œuvres les plus contestées établissent d’ailleurs deux des principes de la devise française née pendant la Révolution : la liberté et l’égalité. Chassé par la critique, il se brouille également avec ses soutiens, comme Diderot, et doit fuir vers la Prusse pour échapper aux mandats d’arrêt lancés par la France, les Pays-Bas et la Suisse. Dès lors, il mène une vie de reclus, et en 1765, entreprend d’écrire les fameuses CONFESSIONS et les RÊVERIES DU PROMENEUR SOLITAIRE dans lesquelles il tente de se justifier auprès de ses détracteurs.

Ses œuvres les plus contestées établissent d’ailleurs deux des principes de la devise française née pendant la Révolution : la liberté et l’égalité.

«Tout Homme est utile à l’Humanité par cela seul qu’il existe.» LA NOUVELLE HÉLOÏSE, 1761

Tous s’accordent aujourd’hui à dire que Rousseau a participé à créer la pensée révolutionnaire développée en 1789.

Le début du XVIIIe siècle voit la fin du règne de Louis XIV, le «Roi-Soleil », qui a permis à la France d’établir son rayonnement en Europe. Le siècle des Lumières est avant tout un siècle d’euphorie durant lequel le pays semble prospérer par ses développements industriels et commerciaux.

Parallèlement, la mortalité diminue grâce au recul des famines, des guerres et de la peste. Le français est alors le langage international des intellectuels. Les philosophes français, dont la majorité se trouve à Paris, s’en donnent à coeur joie. Ils militent pour le retour à la nature et la recherche du bonheur, en opposition à la recherche chrétienne du salut dans l’au-delà. Les philosophes se tournent vers le monde concret et cherchent avant tout à mettre fin à l’obscurantisme du Moyen Âge, à illuminer l’esprit par le biais de l’écriture de lettres, de contes, de pamphlets, et de la célèbre ENCYCLOPÉDIE, rédigée par Diderot et d’Alembert.

Pour mener à bien leur projet de publication de la toute première encyclopédie en langue française, ils s’entourent d’une «société de gens de lettres», dont Rousseau. Pour la première fois, des écrivains condamnent ouvertement le despotisme, le système colonial, l’esclavage, et tentent de promouvoir l’éducation, le savoir et le combat des préjugés pour le bien public.

Les penseurs les plus modernes ne reçoivent pas immédiatement l’approbation de la critique. Diderot lui-même n’obtient la reconnaissance attendue pour sa participation à la rédaction de l’ENCYCLOPÉDIE et l’ensemble de ses œuvres qu’à titre posthume. À l’inverse, Voltaire connaît une forte popularité de son vivant, malgré quelques épisodes malheureux qui lui valent plusieurs mois de prison.

Paradoxalement, les grands écrivains disparaissent après 1775 et ne voient pas l’avènement (et l’extrapolation) de leur pensée éclater lors de la Révolution de 1789 : Rousseau et Voltaire meurent tous deux en 1778, D’Alembert et Diderot en 1783 et 1784. Ils ne cesseront cependant jamais de faire parler d’eux, ce qu’ils auraient sans doute applaudi.

Cet article vous est proposé par les éditions entrefilets dans le cadre du partenariat avec Azurculture et nous vous invitons à découvrir d’autres articles de qualité dans le magazine biendire de ce mois çi

VN:F [1.9.7_1111]
Donnez votre avis !
Rating: 4.2/5 (5 votes cast)

Jean-Jacques Rousseau et le siècle des lumières, 4.2 out of 5 based on 5 ratings
 


   Laisser un commentaire web 2.0




9 commentaires pour “Jean-Jacques Rousseau et le siècle des lumières”


  1. bruno says:

    Merci, c’est très intéressant d’en apprendre plus sur une des figures les plus importantes du siècle des lumières

  2. roberta says:

    un grand philosophe !

  3. roberta says:

    et un grand penseur !

  4. Patricia says:

    Gracias por la biografia de este importante personaje.

  5. Un article nécessaire à la compréhension de l’histoire d’un des penseurs les plus remarquables de tout les temps.

  6. Gabriela says:

    C’est un des philosophes plus important pour la France, mais, aussi, pour le monde! J’ai aimé le texte! Merci!!

  7. Uliana says:

    J ai été impressionnée quand j avais fait sa connaissence il y a 5 ans! On a fait une grosse discution sur ses idées dans la classe. Moi, personellement, j’étais plutot d’accord avec ses pensées

  8. Obsieh says:

    C,est bon histoire ,je crois aussi cet homme était grand penseur et a bien savoir , je peux dire tous simplement que homme comme lui est très râre trouver aujourdhui .
    Merci

  9. ratep says:

    c est un grand penseur qui donne a l hemanite une richesse de grande valeur



Partagez !


Choisissez votre langue



Rubriques


ZigZag vous invite à utiliser la langue française comme un passeport ouvrant les portes de l’ailleurs

Partenaire

Bien Dire - Magazine pour apprendre le Français

Azurlingua Culture recommande l'utilisation du magazine Bien Dire pour Apprendre le Français.

Apprendre le Français avec Bien Dire

AZURWORLD COMMUNITY

-->
 
A lire également sur Azurlingua Culture
Martigues

Martigues ( ambiance vénitienne)
Les éditions Gilletta à travers un livre magnifique sur les petits ports de pêche ...

A lire également sur Azurlingua Culture
Martigues

Martigues ( ambiance vénitienne)
Les éditions Gilletta à travers un livre magnifique sur les petits ports de pêche ...